Cruelle Éternité

27 11 2011

Le crépuscule enfin vaincu

  Je me relève, tel une ombre,

  Une âme errante dans les rues,

  Évoluant dans la pénombre.

*

La nuit, pleine et sinueuse,

  Éclaire la ville endormie

  D’un éclat de lune gibbeuse.

  *

L’apparence fantomatique

  De ce doux moment d’accalmie

  Est sacrée, telle une relique.

  *

Je repasse devant mes yeux

  Le bonheur d’une vie perdue,

  Une vie enfuie vers les cieux,

  Une mort qui ne m’était due…

*

Un profond remords me traverse

  Et j’éprouve une sueur froide :

  Sur moi déferle une cascade,

  L’eau si glaciale de l’averse.

*

Tel un fauve à l’affût, je guette

  Ma proie au cœur de la tempête,

  Je la saisie et bois son sang.

*

Mais qui m’apporte cette paix ?

  L’innocent dont je me repais,

  Ou ce remords me meurtrissant ?

*

D’anéantir autant de charmes,

  Mon âme est noyée de tristesse.

  La pluie tombe tout en finesse,

  Se mêlant au flot de mes larmes…

 

                                      A.V. (2000)

27158635542.jpg


Actions

Informations



Laisser un commentaire




meslectures14 |
je m'en vais vers l'arbre v... |
Ecrits d'OBI |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LESCHOZDEMONKORPS
| Contes de Brocéliande et d'...
| Graine D'Auteur